Affectivité

Apprendre à vivre autrement son affectivité
Paradoxalement, ce n'est pas parce que l'on accepte sa vulnérabilité que l'on est plus fragile, au contraire. Savoir reconnaître ses difficultés, ses faiblesses, ses incapacités, ses manques est le premier pas à faire si nous voulons tenter de transformer notre manière de faire face aux événements qui peuvent venir nous blesser. Nous pouvons donc sans regret adopter une autre stratégie : Celle qui inverse le mouvement de repli, de retrait, celle du retour à l'intention première, au projet de vivre, d'aller vers...
Francis Lemaire - Projet de vie, projet de vivre ! - Page 26

  

Ce corps est présent depuis le début, c’est une évidence matérielle. Qui peut encore soutenir que l’on ne commence à vivre au travers de ses sens et de son affectivité qu’après la naissance ?
Francis Lemaire - Projet de vie, projet de vivre ! - Page 52

  

On peut apprendre à vivre autrement les aléas de la vie, à ne pas jeter notre sensibilité avec les sensations difficiles. Il y a là une confusion très répandue - on jette le bébé avec l’eau du bain - parce qu’à certaines époques de notre vie, nous n'avons pas eu d’autre moyen pour éviter de souffrir.
Notre éducation nous apprend aussi à garder à distance les mouvements de notre affectivité. Comme tout cela a été appris, nous avons la chance de pouvoir aussi le changer.
Francis Lemaire - Projet de vie, projet de vivre ! - Page 10

Le Corps Mémoire Editeur

Extraits par mots clés

Prev Next Page: